top of page
en-tete_mont-pieteV1.jpg

Les Archives d’Avignon sont installées dans l’ancien Mont-de-piété de la ville. Depuis 1610, cet établissement de prêt sur gage a connu une histoire atypique.

 

Découvrez le fonctionnement du Mont-de-piété au cours des siècles et sa vocation économique et sociale auprès des habitants !

Du Mont-de-Piété au Crédit municipal

Avignon 1610 - 2010

Transposition virtuelle de l'exposition

de 2010. 
Mise en ligne

en 2022.

Lutter contre l’usure, aider les pauvres, éviter la ruine des familles et inventer les formes nouvelles d’un crédit populaire et social furent les missions que se fixèrent en 1577 un groupe de personnes charitables en créant à Avignon, alors territoire pontifical, la Congrégation Notre-Dame de Lorette.

Le 6 mai 1610, Jeanne Caresme, épouse d’un fabricant d’épées venait déposer quelques bijoux au Mont-de-piété d’Avignon qui ouvrait ses portes pour la première fois. En échange des gages déposés, les officiers administrateurs du mont lui prêtèrent la somme nécessaire à rembourser les dettes de son époux emprisonné pour cause d’endettement. Ce premier « engagement » résume à lui seul la fonction essentielle remplie par cette institution d’inspiration italienne durant plus de quatre siècles.

chronologie

Cliquer sur l'image pour agrandir la frise et la faire défiler

Griffon de Pérouse

Le Mont-de-piété d’Avignon, dont les établissements précurseurs sont italiens (XVème siècle), est le plus ancien sur le territoire français actuel. Se développant et s’agrandissant au fil des siècles grâce à la générosité de nombreux donateurs et au soutien des autorités publiques, l’institution est demeurée rue Saluces jusqu’en 1985. Après le rattachement d’Avignon à la France, à l’aube du XIXème siècle, le Mont-de-piété s’est adjoint, de manière très originale, le fonctionnement d’une condition des soies. Cet établissement industriel avait la vocation de garantir le poids à sec de la soie dans le cadre des transactions.

Etablies depuis l’été 1986 dans les bâtiments de l’ancien Mont-de-piété, les Archives de la Ville d’Avignon, au-delà des fonds municipaux, conservent la mémoire de cette institution multiséculaire. Cette histoire singulière est mise en valeur de manière permanente au sein du Musée du Mont-de-piété et de la Condition des soies, musée de l’œuvre ouvert au public en 1987 dans l’ancienne chapelle Notre-Dame-de-Lorette. En 2010, le 400ème anniversaire de l’ouverture du Mont-de-piété d’Avignon a été l’occasion de proposer une synthèse de l’histoire atypique de cet établissement de prêt sur gage grâce à cette exposition et à une publication.

Le Mont-de-piété d’Avignon, dont la dénomination a changé en 1949, voit aujourd’hui encore, dans le fonctionnement de la Caisse de crédit municipal, la continuité de ses missions premières qui se sont élargies et adaptées au monde moderne.

symbole_paragraphe_bleu.png
Griffon actualisé des caisses de crédit municipal
fond sommaireV6.jpg

 Sommaire 

2. L'expansion
des monts-de-piété - Flandre et royaume de France
3. La congrégation
de notre-dame de lorette
(1577-1604)
4. Naissance
du Mont-de-Piété
(1604-1608)
6. Fonctionnement
Confrères et officiers
10. Bienfaiteurs
et donateurs
11. La Révolution
et le Mont-de-Piété
(1792-1800)
12. La renaissance
Création de la Condition publique des soies  d'Avignon
15. Indépendance
de la Caisse d'épargne et derniers travaux (1850- Années 1920)
16. Fin
de la condition des soies
(1880-1931)
17. Du Mont-de-piété
au Crédit municipal
(1920-2010)
18. Réemploi du bâtiment
Installation des archives municipales d'avignon
7. Activité
clients et gages
13. Conditionner 
la soie
8. Les bâtiments
Acquisitions ( 1608-1762)
14. Développement 
Création de la Caisse d'épargne et nouveaux travaux 
19. Mémoire
de l'institution et des lieux
5. Naissance
du Mont-de-Piété
(1608-1612)
9. Les bâtiments
Constructions et travaux (1608-1782)
Sommaire
1
Les origines
La création du mont-de-piété

Aux origines des monts-de-piété : le fléau de l’usure

 

La création des monts-de-piété, qui apparaissent dans la seconde moitié du XVème siècle en Italie, s’inscrit dans le droit fil de la lutte opiniâtre conduite contre le fléau de l’usure pratiquée par les prêteurs sur gages et produisant des ravages depuis le Moyen Age dans tous les milieux.

L’usure est un « péché », l’usure est un « crime », elle est

« abominable » et promet à celui qui la pratique les pires tourments dans l’Au-delà, voilà comment l’Eglise, dès ses débuts, envisage toutes les pratiques de prêts à intérêt.

L’usure c’est « recevoir plus que l’on a donné » dit saint Ambroise. Et c’est dans la Bible que les hommes du Moyen Age trouvèrent les textes la condamnant très clairement. Cinq d’entre eux sont tirés de l’Ancien Testament, le sixième provenant de l’évangile selon saint Luc : « Prêtez sans rien espérer en retour et votre récompense sera grande ».

L’usure est un « péché », l’usure est un « crime », elle est

« abominable » et promet à celui qui la pratique les pires tourments dans l’Au-delà, voilà comment l’Eglise, dès ses débuts, envisage toutes les pratiques de prêts à intérêt.

 Saint Thomas d’Aquin a eut un rôle   considérable dans la réflexion menée par   l’Eglise sur la question de « l’argent » et   de son usage. 

Les Origines
L'expansion
des monts-de-piété - Flandre et royaume de France
forme beige.png
2

L'expansion flamande

Force est de constater que les Pays-Bas espagnols constituent très rapidement une terre d’élection et de développement pour la nouvelle institution.

Après Ypres qui en 1534 se dote d’un mont appelé bourse de prêt (leenburse), Bruges qui crée en 1572 un mont de charité (mons perfectae charitatis), c’est en 1610, à Lille, qu’un marchand, Bartholomé Masurel, ayant réussi dans les affaires à Anvers est à l’origine de la mise en place d’un mont-de-piété sur le modèle italien.

Sur les conseils d’un père jésuite, Jean Lessius, recommandant dans ses écrits la création de monts aux Pays-Bas, l’architecte conseiller des Archiducs Albert et Isabelle, gouverneurs des Pays-Bas espagnols, Wenceslas Coebergher se lança dans l’entreprise et réussit à les convaincre d’autoriser le fonctionnement des monts sur la base d’un taux d’intérêt pour les prêts fixé à 15%, taux relativement élevé certes mais destiné, d’une part à trouver les premiers fonds à rémunérer et d’autre part à connaître une baisse progressive dès que possible.

Le 28 septembre 1618 le Mont-de-piété de Bruxelles ouvrait officiellement peu après qu’une ordonnance des Archiducs ait supprimé les tables de prêt, érigé des monts dans toutes les villes et nommé Cobergher superintendant-général de la quinzaine d’établissements qu’il fera créer entre 1618 et 1633.

Wenceslas Coebergher se lança dans l’entreprise et réussit à les convaincre d’autoriser le fonctionnement des monts sur la base d’un taux d’intérêt pour les prêts fixé à 15%.

L'expansion
forme bleu.png
3
La congrégation
de Notre-Dame de lorette (1577-1604)

Dans ce vaste mouvement de diffusion, à partir de l’Italie, des monts-de-piété en Europe et en France, celui d’Avignon tient une place tout à fait particulière. Cela est dû à plusieurs éléments : position politique et spirituelle de la ville ; précocité de sa création, 1577 pour sa conception et 1610 pour son ouverture ; exceptionnelle longévité ; fonctionnement au fil des siècles et ingéniosité de ses administrateurs pour le faire durer ; patrimoine bâti, artistique et écrit qu’il a su enfin transmettre jusqu’à nous.

La congégration
Naissance
du Mont-de-piété d’Avignon
(1604 - 1608)
4

Vers le Mont-de-piété : une charité nouvelle

 

Privés en 1604 de leur maison où ils tenaient un pensionnat, concurrencés par d’autres congrégations mariales qui connaissent un grand succès, les confrères de la congrégation Notre-Dame de Lorette vont devoir se tourner totalement vers une autre mission inscrite dans les statuts dès 1577 : celle de « soulager les pauvres honteux ».

La seconde moitié du XVIème siècle est calamiteuse. Les guerres religieuses créent un climat d’insécurité et de suspicion permanentes ; la peste est endémique ; la disette « ne laisse aucun répit » ; l’économie de la ville est en déclin et l’endettement que favorisent les usuriers est un véritable fléau. Il en résulte « un gonflement anormal de la masse des pauvres. Pas seulement ces pauvres de toujours, infirmes, vagabonds et mendiants (…). Mais tous ces humbles gens, vivant tant bien que mal d’un salaire ou de menues besognes, qui, en temps de crise, passent au-dessous du seuil de subsistance (…) les ‘pauvres gens’ ou le ‘pauvre peuple’ »

symbole_paragraphe_rose.png

Les confrères de la congrégation Notre-Dame de Lorette vont devoir se tourner totalement vers une autre mission inscrite dans les statuts dès 1577 : celle de « soulager les pauvres honteux ».

Ce qui change : « une attitude nouvelle à l’égard des pauvres » et « chez les nantis, un sentiment de culpabilité » qui est à l’origine d’un « renversement capital. La charité n’est plus conçue maintenant principalement par rapport à celui qui la fait (pour qui ce serait une ‘bonne œuvre’ méritoire) mais d’abord par rapport à celui qui en bénéficie, qu’il s’agit de soulager réellement ».

Naissance
forme beige.png
5
naissance
du Mont-de-piété d'Avignon
(1608-1612)

Vers le Mont-de-piété : la mise en ordre de marche religieuse et  matérielle

Ayant trouvé leur nouvelle voie, les confrères de la congrégation s’activent. L’année 1608 n’est pas encore achevée qu’ils mettent fin à la location de la maison de la rue Saint-Marc et qu’ils procèdent à l’acquisition le 4 septembre d’une maison, cour et jardin dans la rue allant du planet de Saluces à la rue de la Croix, paroisse de Saint-Symphorien. Ils l’acquièrent de Pierre de Montmorency, sieur du Hallier et y opèrent en quelques mois des travaux pour y faire l’appartement du concierge, un bureau et une chapelle. De ces premières dispositions intérieures nous ne savons rien d’autre puisque les lieux seront entièrement réorganisés dans le courant des XVII et XVIIIème siècles au fil des acquisitions successives d’immeubles et jardins. Ce qui est dénommé « bureau » peut être interprété comme l’espace destiné à accueillir les opérations d’engagement mais aussi les gages déposés.

symbole_paragraphe_rose.png

La nouvelle mission de prêt sur gages demeure inscrite au cœur des activités de la congrégation dont le symbole le plus éclatant est bien ce lieu de culte dédié à la Vierge.

Mais ce qu’il faut surtout comprendre, notamment dans l’organisation de cette nouvelle chapelle, geste prioritaire pour les confrères, c’est que la nouvelle mission de prêt sur gages demeure inscrite au cœur des activités de la congrégation dont le symbole le plus éclatant est bien ce lieu de culte dédié à la Vierge. Faisant bien les choses, il est procédé à sa bénédiction le 26 mai 1609 par Monseigneur Ferreri, vice-légat.

Naissance 2
Fonctionnement
Confrères et Officiers
forme bleu.png
6

La période de deux siècles qui s’ouvre va permettre aux recteurs de l’institution de la développer, avec sagesse et selon une certaine stratégie. Répondant aux nécessités d’une clientèle qui augmente régulièrement, les confrères recteurs procèdent à des agrandissements successifs permettant d’adapter les locaux aux besoins d’espace et de les rendre conformes, en beauté comme en fonctionnalité, à l’importance que prend l’institution. Au fil des ans, la préoccupation majeure de ces « administrateurs » demeure le prêt sur gages qui doit être au coût le plus faible possible ce qui implique de disposer, assez régulièrement, de ressources que les dons et legs procurent : ceci est un aspect essentiel du fonctionnement du mont. L’extension des édifices, la bonne gestion des « biens des pauvres », la figure des donateurs et celle des recteurs et confrères d’une grande probité et d’une incontestable piété, voilà les quatre points forts de l’activité du mont avignonnais avant la Révolution.

Confrères, officiers administrateurs

 

Qui sont donc ces hommes – les femmes ne sont pas admi